05.09.2017, 05:30  

Taxe au sac du Valais: ce qu'il reste à savoir

Abonnés
chargement
Les sacs qui seront en vente dans le Valais romand dès le début décembre et qui seront obligatoires dès le 1er janvier 2018.

 05.09.2017, 05:30   Taxe au sac du Valais: ce qu'il reste à savoir

Gestion des déchets - La taxe au sac poubelle va être introduite dans le Valais romand le 1er janvier 2018. Si la couleur de ce sac taxé 1,90 est connue, tous les règlements communaux n'ont pas encore été adoptés ni toutes les mesures compensatoires. Plusieurs questions demeurent.

On le sait depuis lundi, le sac poubelle taxé du Valais romand sera blanc avec une écriture rouge. Celui de 35 litres coûtera 1,90 franc, celui de 60 litres 3,40 francs. Il sera décoré par un slogan: «Trier? C’est pas sorcier!» au recto et 12 pictogrammes au recto indiquant les déchets qui ne peuvent être mis dans ces contenants, comme le PET, le fer, l’huile, le papier…
Plus de...

On le sait depuis lundi, le sac poubelle taxé du Valais romand sera blanc avec une écriture rouge. Celui de 35 litres coûtera 1,90 franc, celui de 60 litres 3,40 francs. Il sera décoré par un slogan: «Trier? C’est pas sorcier!» au recto et 12 pictogrammes au recto indiquant les déchets qui ne peuvent être mis dans ces contenants, comme le PET, le fer, l’huile, le papier…
Plus de six millions de ces sacs taxés seront produits cet automne par une société spécialisée. Ils seront mis en vente dans les commerces, en rouleaux de 10, au début du mois de décembre et seront les seuls à pouvoir être utilisés dans le Valais romand à partir du 1er janvier 2018.

Voici les questions qui demeurent.


La nouvelle taxe au sac est-elle plus chère ou moins chère que la situation actuelle?

Philippe Varone affirme que la nouvelle taxe au sac ne sera pas plus onéreuse que la solution actuelle.

Une simulation a été effectuée pour un ménage de 4 personnes à Sion, utilisant deux sacs par semaine. La facture des déchets s’éleve à 458 francs aujourd’hui et sera réduite à 396 francs après l’introduction de la taxe au sac. L’achat des sacs coûte évidemment plus cher et passe de 13 à 198 francs par an. Par contre, la taxe de quantité, qui coûte aujourd’hui 321 francs par an est supprimée. Quant à la taxe de base, elle augmente de 124 à 198 francs.

Par contre, selon nos calculs, si la même famille de quatre personnes utilise cinq sacs poubelle par semaine, parce que par exemple son petit dernier utilise toujours des couches, la facture annuelle passe de 458 à 692 francs.

Une simulation a aussi été réalisée pour une entreprise sédunoise de construction de 40 employés produisant 4,5 tonnes de déchets par an. Sa facture actuelle se monte en 2017 à 2117 francs. L’année prochaine, la douloureuse sera de 2366 francs. C’est l’augmentation de la taxe annuelle de base de Sion qui explique la différence.

 

Y aura-t-il des exceptions "Pampers"?

Même en triant au maximum leurs déchets, certaines familles se trouveront pénalisées par l’introduction de la taxe au sac. C’est le cas de celles qui doivent faire face à la montagne de Pampers du petit dernier. «Chaque commune a la possibilité de prendre des mesures d’accompagnement», indique Philippe Varone, le président du groupe de travail qui a mis en place la taxe au sac dans le Valais romand. Des sacs offerts à la naissance d’un enfant ou aux familles prenant en charge des personnes âgées sont possibles. Un coup de pouce aux familles par l’intermédiaire de chèques scolaires ou d’autres mesures sociales sont possibles.

Pour l’heure, il n’y a pas de vision globale de ce qui est fait au niveau des compensations. L’Etat du Valais ne voit pas forcément passer ce qui est décidé au niveau communal. «Les mesures de compensation ne figure pas dans le règlement des déchets qui passe par nos services», explique Joël Rossier, chef du Service de l’environnement.

Toutes les communes qui ont déjà adopté un règlement pour introduire la taxe au sac n’ont pas forcément encore décidé de prendre ou non des mesures compensatoires. C’est le cas, par exemple, à Sion.

 

Et si Monthey disait non à la taxe au sac?

Pour l’heure 35 des 63 communes du Valais romand ont adopté leur règlement permettant l’introduction de la taxe au sac. Dans une commune, Monthey, un référendum a été annoncé. Il est le fait de l’Alternative et d’une association de consommateurs. Que va-t-il se passer si les citoyens montheysans disaient non à la taxe au sac?

Le président Stéphane Coppey évoque le risque d’un tourisme des déchets, puisque Monthey serait la seule où les sacs poubelles noirs actuels resteraient d’actualité: «Nous risquons de voir affluer à Monthey passablement de sacs provenant des habitants des environ qui viennent travailler chez nous. Cela poserait passablement de problème pratique. De plus, sur le plan juridique, la gestion des déchets ne serait toujours pas conforme aux décisions du Tribunal fédéral.»

Conseiller municipal de l’Alternative et député UDC, Pierre Contat renvoie la balle à la majorité. Il estime que son camp a fait beaucoup de concessions. «Nous n’étions pas d’accord avec le sac à 1,90 franc, mais pour éviter un tourisme des déchets nous l’avons accepté. La seule chose que nous demandons aujourd’hui, c’est que les montants perçus ne dépassent pas les coûts et donc que le trop perçu soit remboursé.»

 

Les communes sont-elles prêtes?

«On ne sera pas prêt partout pour le 1er janvier 2018», reconnaît Philippe Varone, président du groupe de travail. Il ne citera aucun nom, par contre, il sait que toutes les communes du Valais romand ne disposent pas de centres de tri des déchets en suffisance. Pour la commune de Sion qu’il préside, il déclare même que malgré les gros efforts consentis ces dernières années, «les infrastructures sont encore à compléter» dans certains quartiers.

La liste complète des centres de tri est disponible sur le site internet: recycling-map.ch. On y découvre que certains secteurs de la commune de Sion ne sont pas pourvus ou que Val d’Illiez ne dispose que de centres pour trier le PET.
 


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

environnementDéchets: Vétroz pourrait opter pour la taxe au poidsDéchets: Vétroz pourrait opter pour la taxe au poids

Top